Porto, vin et mosaïque

C’est sous une pluie battante que la Belle Porto s’est offerte à moi. Mon colocataire Hugo et moi n’avions pas d’autre choix que de profiter de la vie nocturne de la seconde plus grande ville portugaise afin d’oublier ce mauvais temps. 1€50 La pinte. Aucun round d’observation, la sympathie communicative des  portugais et de leurs  nombreux bars nous ont rapidement mis très à l’aise.

Les pintes de bières ayant le pouvoir magique de faire comprendre le portugais à vitesse grand P. La soirée fut mémorable.

Les pintes de bières ayant le pouvoir magique de  faire comprendre le portugais à vitesse grand P. La soirée fut mémorable.

Cette grande décision de prendre un énorme paquet* dès le premier jour de notre voyage, n’améliora ni les conditions climatiques et encore moins notre condition physique le lendemain. Les shooters portugais ayant fait des ravages la veille, c’est avec un mal de tête agressif que nous nous aventurons dans la ville. Avec pour seul objectif , pour ma part, de ne plus boire une goute d’alcool pendant au moins 24h. Seulement, mon coloc’, avant d’être un ami, avant d’être un homme, avant d’être supporter du FC Nantes, c’est un Breton. Et les bretons, ça veux boire tout le temps, même en lendemain compliqué. Voici un petit résumé de ma première journée sur le sol Portugais :

11h24 : Je veux sortir de mon lit.

11h25 : Mais je me rends compte que je suis en haut d’un lit superposé et que je dois descendre une échelle.

11h37 : Je vomi.

Vers midi : Je veux arrêter l’alcool.

13h12 : La Badoit portugaise ne remets pas vraiment de l’ordre dans mon estomac, et le doliprane n’a pas l’air d’exister dans cette province.

15h34 : Nous nous baladons dans un marché portugais avec des odeurs de morue et d’épices. A la sortie, nous croisons un troubadour avec sa fille et ses oiseaux.

17h31 : Dégustation de porto avec son assortiment de chocolat, les premières gorgées sont compliquées. Mais le vin est exquis . Ce pays est Incroyable.

18h20 : Super bock.

18h22 : Super bock, c’est le doliprane portugais apparemment !

18h23 : Hugo prend seul la tête de la course suite à un abandon de Alex, qui vient de se faire récupérer par la voiture balais, je pars au lit.

19h05 : Avant que Morphée ne m’emporte, je regarde les quelques photos que j’ai pu faire dans la journée. Porto m’a transporté dans le temps et avant de fermer les yeux je termine la retouche de la photo ci dessous :

VintagePorto.jpg
Voyage dans le temps et le vin

*Cuite

1 Comment

  1. Bonjour,

    Bravo pour vos récits et vos visuels, le style est franchement cool, en adéquation avec ce prisme de la génération Y que vous avez choisi de prendre.

    C’est beau, c’est Bosch.
    C’est bon, c’est Bock.

    Tendrement,
    Un amateur de Pisang

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s